C'est quoi ?

Le projet "REconomy", c'est de transformer ensemble notre économie locale pour anticiper et transformer en atouts les nécessaires mutations économiques posées à court terme par le défi climatique, l’urgence de laisser les énergies fossiles dans les sols et la fin du pétrole bon marché.

 

Illustrations REconomy Totnes (UK, 1ère ville en transition)

Le constat – une crise sociale et écologique
Nos dépendances aux énergies fossiles bon marché (transport, énergie, alimentation…) contribuent à la fois au réchauffement climatique, aux dérèglements qui en découlent et à la dépendance aux grands groupes pétroliers. Cet état de fait est le résultat d’une vision monolithique du développement axée sur la croissance et le progrès technologique. Il est écologiquement et socialement non-durable.

 

Un début de réponse – le mouvement de la transition citoyenne et écologique
Des citoyens agissent et s’organisent dans des projets concrets : jardinage urbain (Esch/Alzette, Luxembourg), coopérative énergétique (TMEnerCoop), groupes d’achats d’alimentation biologique locale, AMAP (Terra), festival Do It Yourself, « free your stuff » sur les réseaux sociaux et lors d’évènements festifs populaires - comme autant d’initiatives qui contribuent à changer les choses.

Grâce notamment au soutien du Ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable, le réseau de la transition luxembourgeoise se structure et se répand dans tout le pays et sensibilise les communes à associer les citoyens dans leurs politiques climatiques (Pacte Climat).

 

Passer à la vitesse supérieure – pour un projet de REconomy
Les initiatives citoyennes bénévoles créent un élan et des vocations. De nombreuses personnes aimeraient s’engager concrètement dans des projets qui favorisent la cohésion sociale, les circuits courts, la créativité et le respect de l’environnement, donc la résilience. Mais l’activité professionnelle, la vie familiale et l’engagement social laissent parfois peu de temps pour les concrétiser. De plus, l’isolement et le manque de soutien sont des freins souvent insurmontables au passage à l’action.


Un Centre de REconomy national dans la Maison de la Transition à Esch/Alzette – un lieu de rassemblement, d’initiatives et de soutien.

La composante Transition Minett, dans le sud du pays, a reçu le soutien de l’Œuvre Nationale de Secours Grande Duchesse Charlotte et de la Commune d’Esch/Alzette pour structurer et ouvrir un lieu dédié à la Transition. Il s’est ouvert au public en mars 2016 pour informer, proposer des activités (wandel bar, ateliers cuisine, soirées-débats, projections, concerts,...) avec une boutique de produits écologiques locaux et leurs valorisations dans un bar/petite restauration.

Cet espace accueille le Centre de REconomy qui propose un environnement favorable à la prise d’initiatives en favorisant les approches collectives des projets.

photo reconomy totness 2

 

Un projet de REconomy pour stimuler les initiatives citoyennes et écologiques de Transition

Imaginer et construire la société, la ville et l’entreprise de demain – le pari d’une économie locale et solidaire, du lien social et de la participation citoyenne.

Et si on faisait confiance aux citoyens et citoyennes pour imaginer, construire et animer les projets qui répondent aux défis majeurs du changement climatique, de la cohésion sociale et de l’emploi ? En complémentarité de l’action publique, le potentiel d’idées et d’actions des communautés est une ressource à forte potentialité encore peu valorisée.

La société change et les habitudes, envies et besoins de la population également. Dans un monde hyper-connecté où l’on identifie des phénomènes d’individualisme et de repli sur soi, il y a également un mouvement contraire de gens qui aspirent au lien social et à la communauté et qui expriment un désir d’investissement pour changer la société. L’idée de la REconomy est de remettre au cœur des préoccupations les notions de bien-être, de réalisation de soi, de partage et de solidarité en partant des communautés qui forment le lien organique entre les préoccupations individuelles (micro) et l’intérêt collectif (macro).

Les centres-villes sont de moins en moins les poumons économiques et sociaux des communautés. D’autres formes de consommation péri-urbaines et virtuelles ont supplanté les petits commerces locaux, également concurrencés par les petits magasins franchisés par de grands groupes. De nombreuses expériences de revitalisation montrent qu’en faisant une place importante au cadre de vie, à la mobilité douce, à la préoccupation de la non-ghettoïsation/gentrification, à la vie associative, il est possible de rendre un caractère attractif où il fait bon vivre aux cœurs historiques des cités. Dans le cas de Esch/Alzette l’aménagement du nouveau quartier à Belval et l’arrivée de l’Université pose le défi particulier d’attirer ces nouveaux arrivants dans le centre historique de la ville. C’est aussi ça la REconomy, retrouver du bien vivre dans sa communauté de vie. C’est un projet complémentaire des initiatives de régénération urbaine.

 

Q’est-ce que la REconomy ?

Un mouvement « bottom up » qui s’appuie sur la créativité et l’implication de la communauté comme base économique pour définir, encourager et mettre en œuvre concrètement des pratiques économiques durables faiblement consommatrices de pétrole et favorisant la cohésion sociale (cf. www.reconomy.org ).


L’entreprise vit au rythme de son chiffre d’affaire (et des spéculations financières pour les plus grandes). Même l’entreprise sociale n’est plus considérée que dans sa capacité à remplir sa finalité sociale sur le marché ! La REconomy repense l’économie : à la main invisible du marché elle préfère la face visible des gens qui veulent consommer, épargner et vivre autrement parce qu’ils sont soucieux de leur santé, de celle des autres et de la planète. Ainsi la REconomy réinvente l’entreprise qui crée sa communauté d’utilisateurs, dans un marché social, où d’ailleurs l’appui bénévole est un des supports de la réussite. Il est important d’établir un dialogue entre les consommateurs et les producteurs locaux dans une logique qui soit « équitable pour les consommateurs et digne pour les producteurs »1.

photo reconomy totness 3

 

 

_______________

1 Comme par exemple au Groupe d’Achats du Pays Lorrain (GASP-L) à Cons la Granville.